france_hongrie_1978_petit

1978 : Dernier match de poule pour l’équipe de France lors de ce désastreux Mundial 78. L’adversaire se nomme la Hongrie. Un match sans enjeu puisque les Bleus sont déjà éliminés de la Coupe du monde après leur deux défaites face à l’Italie et l’Argentine : ce match est le seul moyen de sortir de la compétition la tête haute. Mais voilà qu’à quelques minutes du coup d’envoi de la rencontre, sélections et spectateurs constatent la même chose : les deux équipes abordent la même couleur de maillot (le blanc). Il faut alors trouver une solution au plus vite. Une des deux équipes joue avec son jeu de maillot de rechange et le tour est joué ! Pourtant, un membre du satff technique des Bleus a oublié cette fameuse valise contenant le jeu de rechange… en France. Les Hongrois proposent donc aux Tricolores de jouer en rouge mais le gardien hongrois Gujdar refuse de changer la couleur de son maillot. Une demi-heure avant le coup d’envoi, le problème persiste toujours. Les chaînes de télévision sont prêtes à bouleverser leurs programmes. Enfin, la solution vient au bout de quelques minutes : une bande de motards est envoyée dans le centre-ville avec une mission simple : trouver des maillots colorés. Rapidement, les motards reviennent avec les maillots du Club Atético Kimberley, le club local de Mar del Plata, aux rayures verticales blanches et vertes. Au moment de rentrer sur le terrain, la France aborde un maillot blanc et vert et un short bleu. Tout le public argentin rigole et chante à la gloire de Kimberley. Mais cela n’empêche pas les joueurs de Michel Hidalgo de remporter le match sur le score de 3 buts à 1, grâce à un but de Lopez, Berdoll et Rocheteau. Le lendemain, Henri Patrelle prendra la parole. « C'est de ma faute. Entièrement de ma faute. La France devait effectivement jouer en bleu. C'est un regrettable incident, dont je suis l'unique responsable. Au moins, on ne pourra pas me pénaliser en amputant une partie de mon salaire, puisque je suis bénévole. » Un maillot devenu le Graal pour les collectionneurs de maillots des Tricolores.