Le 9 septembre 1992, stade national Vassil-Levski à Sofia, match aller qualificatif pour le Mondial 1994.

     Pourquoi avoir choisi ce match alors que le match retour est beaucoup plus célèbre et connu de tous ? Ben justement, la réponse est dans la question. Tout a été dit, écrit et interprété sur ce match retour. Mais c'est surtout que ce Bulgarie-France a eu lieu dans la première quinzaine des matches internationaux de septembre car sinon il reflète bien le niveau de l’équipe de France de ces années là, c'est-à-dire un niveau très moyen...

CCI26082018b

    Faut se rappeler qu’en cette rentrée 92, la France sort d’un Euro en Suède catastrophique, c'est-à-dire éliminée des poules malgré un Grand Chelem lors des matches qualificatifs (8 matches, 8 victoires). Gérard Houiller prend alors la tête de l’équipe de France et ce Bulgarie-France est son deuxième match en tant que sélectionneur après une défaite en match amical contre le Brésil au Parc des Princes.

    Le onze titulaire tricolore repose principalement sur les 2 équipes en forme du moment de la division 1, l’OM et le PSG (7 joueurs titulaires de ces deux clubs au coup d’envoi). Le capitaine, Jean-Pierre Papin est le plus capé avec ses 40 sélections, le même nombre que Basile Boli. Laurent Fournier, Alain Roche et David Ginola ne comptent même pas dix sélections à eux trois.

    Du côté des bulgares, leur sélectionneur est un certain Dimitar Penev. Grand défenseur bulgare du CSKA Sofia de la double décennie 60-70 avec 90 sélections et la participation à trois coupes du monde consécutives en 1966, 1970 et 1974. Sachant qu’alors le nombre d’équipes européennes qualifiées était de 9 sur 16 équipes participant à la compétition finale, ça vous pose son homme. Deux des trois joueurs les plus capés du onze de départ jouent dans le championnat de France de la saison 92/93. Il s’agit du gardien et capitaine de cette sélection bulgare, Borislav Mihailov (61 sélections) qui joue au FC Mulhouse et  du milieu offensif Nasko Sirakov (46 sélections) qui évolue au RC Lens. Au coup d’envoi, seulement trois joueurs bulgares jouent dans le championnat de leur propre pays : Niolai Iliev et Zlatko Yankov sont les défenseurs du PFK Levski Sofia et Tsanko Tsvetanov est défenseur du PFK Etar. 

CCI26082018_0001b

     C’est devant environ 41 000 spectateurs que le match commence. Sur l’aile droite avec une percée et un tir de Fournier mais belle intervention du gardien Mihailov, les français tentent d imposer leur rythme d’entrée. Après une trentaine de minutes jouées au Parc contre les brésiliens, quinze jours plus tôt, c’est seulement la deuxième sélection du parisien Fournier. Quelques minutes plus tard, c’est Pascal Vahirua, l’ailier de l’AJA qui est fauché à la limite de la surface de réparation. C’est le numéro 8 tricolore, Franck Sauzée, qui prend le ballon et va tirer le coup franc direct… mais hélas pour le marseillais qui voit son tir passer juste au-dessus des cages du portier bulgare. A la 20e minute de jeu, Emmanuel Petit perd la balle au milieu de terrain face à Emil Kostadinov qui fonce vers la surface française. Poursuite de Papin sur le numéro 7 bulgare qui  le crochète afin de l’éliminer mais JPP fait une faute sur l’ailier de Porto et l’arbitre siffle pénalty… Et c’est Hristo Stoitchkov qui tire à la gauche de Bruno Martini, trop court. BULGARIE 1-0 FRANCE

     Quelques minutes après l’ouverture du score, les bulgares bénéficient d’une touche sur le côté gauche. Sikarov tire en deux temps sur Martini après sa reprise manquée. L’auxerrois relâche le ballon mais Petit dégage au loin. Ouf ! A la 29e minute, toujours sur la gauche, une nouvelle touche pour les bulgares avec un centre de Luboslav Penev, l’avant centre de Valence. La balle est reprise par un joueur bulgare mais est contrée et atterrit dans les pieds de Petit. Le monégasque tacle mais le ballon est contré par Krazimir Balakov et lobe le gardien français… but du joueur du Sporting Portugal. BULGARIE 2-0 FRANCE

CCI26082018c

     A la reprise de la seconde mi-temps, Boli, qui fait office d’arrière droit pour ce match, est toujours au marquage de Stoichkov. La défense française va un peu mieux. A la 61e minute, Fournier laisse sa place au napolitain Laurent Blanc qui connait quelques déboires dans son nouveau club italien. Et 3 minutes plus tard, c’est au tour du marseillais Jean-Philippe Durand de remplacer Vahirua. L’équipe de France essaye de jouer mais les bulgares gardent le contrôle du match et gèrent le score en leur faveur. A la 69e minute, Kostadinov, le futur héros local, cède sa place à Ivaylo Yordanov qui évolue au Sporting Portugal et à la 78e c’est Penev qui laissera la sienne à Stanimir Stoilov, venant de signer à Fenerbahçe. Le score ne changera plus jusqu’au coup de sifflet final.

 

     Bernard Lama, Jean-Luc Sassus et Christophe Cocard sont restés sur le banc. C’est le neuvième match consécutif de l’équipe de France sans victoire depuis un France - Islande (3-1) au Parc des Pinces en novembre 1991. S’en suivront huit matches sans défaite jusqu’à un certain France-Israël en octobre 1993, mais ça c’est une autre histoire.

 

 BULGARIE-FRANCE : 2-0

FRANCE :Martini - Boli, Casoni, Roche, Petit - Fournier (Blanc, 61e), Sauzée, Deschamps - Ginola, Papin, Vahirua (Durand, 64e).  Entr. : Houiller.

BULGARIE :  Mikhailov – Kirakov, Ivanov, Iliev, Tsvetanov – Yankov, Sirakov, Balakov - Kostadinov (Iordanov, 69e), Penev (Stoilov, 78e), Stoichkov.  Entr. : Penev.

 

Sources principales :                                                                                                                                                                                    

livre d or