JOHAN CRUYFF GENIE POP ET DESPOTE

     JC… Ces deux initiales semblent être le fruit du hasard… mais rien de comparable avec l’Autre. Car de ce JC là, il reste des images télévisées comme témoignages de ses miracles sans parler des spectateurs  chanceux qui l’ont vu jouer en live. Et le numéro 14, un hasard aussi peut-être ? Ben non, simplement 11 (titulaires) + 3 (remplaçants)=14 (joueurs)... N’allons pas croire qu’il était aussi fort que toute une équipe mais il aurait pu jouer à tous les postes, ça c’est certain.

     Enfin une vraie bio sur le Maître. Quel travail de fond et de fou de la part du journaliste Chérif Ghemmour (multicarte dont la dream team So Foot) ! Dès les premières pages, on est plongé dans la jeunesse du personnage, que ce soit au niveau social, familial et football bien sûr. Très vite le lecteur découvre et comprend mieux la filiation naturelle et évidente entre Cruyff et l’Ajax. L’auteur  nous ouvre les portes des vestiaires de la Maison Ajacide en Eurodivisie ou en coupe d’Europe,  du milieu des sixties jusqu’au départ de la star pour le club Catalan. Des parallélismes explicatifs sont présents sur plusieurs chapitres comme Ajax Amsterdam/Football Total/Holland 74 ou encore FC Barcelone/Rinus Michel/Johan Neeskens reposant sur différentes anecdotes.  Ceci dans le but d’essayer de nous montrer la sensibilité de Cruyff et de son regard sur le football. On découvre ainsi l’esprit analytique du numéro 14 et le fin stratège qu’il était sur le terrain dès son plus jeune âge.

     Tout est dans le titre : GENIE POP ET DESPOTE. Le côté pop du personnage est mis en valeur par des rappels comparatifs du monde de la musique (autre spécialité de l’auteur) de l’époque où les chemises col pelle à tarte, rouflaquettes ou cheveux longs étaient courants. Sur le rectangle vert, comme une rock star sur la scène, le charisme de Johan Cruyff ressortait naturellement que ce soit dans l’exploit individuel ou dans l’action collective avec sa prestance, son regard panoramique, ses crochets. Un génie despote sans aucun doute. Que ce soit en club ou en sélection, Chérif Ghemmour nous rappelle plusieurs épisodes où le "Hollandais volant" refuse de courber l’échine. Son avis qui relève de la conviction l’emporte toujours sur l’opinion générale. Au cours de la lecture, on découvre les explications du départ de l’Ajax alors que le club et le football total dominaient l’Europe, sa non-participation au Mundial Argentin, sa nouvelle carrière en NASL, son retour sur le Vieux Continent… Bref dans ses choix comme dans ses matchs, Johan Cruyff a le sens du contre-pied d’où son charme sans aucun doute.

    Dans la deuxième partie de cette biographie, Cruyff, l’entraîneur et dirigeant, se montre à l’instar du joueur qu’il était c'est-à-dire toujours à la recherche de la fluidité du jeu et de l’action utile au collectif. Au travers de plusieurs témoignages, le lecteur se régale de voir comment Cruyff-entraîneur a coaché des joueurs de caractère  comme le Bulgare Hristo Stoichkov ou le Brésilien Romario, qui malgré des altercations directes et variées l’ont toujours soutenu dans sa philosophie de jeu.

   375 pages de pur bonheur, à consommer sans modération dont ces 3 piqûres de rappel aussi efficaces que 3 crochets de Johan Cruyff :

- À l’Amsterdam ArenA, à la 14e minute de chaque match, dans le secteur VAK 410, plusieurs groupes de supporters entament des chants à la gloire du Hollandais volant.

- À la suite de sa perte de capitanat après vote des joueurs, Cruyff décide de quitter l’Ajax à l’été 1973 pour le FC Barcelone et rejoint  l’entraîneur Rinus Michel qui lui faisait des appels depuis quelques semaines.

- La dernière journée de la Liga, saison 1993/94. Le FC Barcelone et La Corogne sont en tête du championnat avec  56 points dont  Barça (+49 buts) et La Corogne (+36 buts). A deux minutes de la fin, le défenseur de La Corogne Miroslav Dukic loupe un penalty à l’ultime minute de jeu face au FC Valence. Alors Barcelone obtient son 4e titre consécutif (record du club).