A la fin de la saison 1976/77, juste devant le FC Gueugnon, l’AS Monaco est champion de France de… division 2 ! Champion du groupe A de division 2 avec Delio Onnis auteur de 30 buts cette saison là. C’est donc pour l’ouverture de la saison suivante (1977/78) que le club de la principauté rejoint de nouveau l’élite du football hexagonal où les cadors de l’époque sont le FC Nantes, l’ASSE ou encore l’OGC Nice.

1978-l-exploit-du-promu-1677_34Au 2e rang :1 Jean-Luc Ettori - 4 Bernard Gardon - 2 Heriberto Correa - 5 Rolland Courbis - 3 Alfred Vitalis - 6 Alain Moizan.

Au 1er rang :8 Jean Petit (cap.) - 11 Jean-Pierre Chaussin - 7 Christian Dalger- 9 Delio Onnis - 10 Raoul Noguès.

 

 

     Avec un début de championnat tonitruant, 5 victoires en 5 matches (13 buts), l’AS Monaco s’assure une place de leader et un capital confiance de futur champion. Alors que l’objectif de ce nouveau promu est le milieu de tableau, quelques moments d’irrégularités et de manque de confiance parmi les joueurs de Monaco au cours de la saison permettent d’entretenir un certain suspens dans le championnat de France de division 1.

     En accédant à la division 1, le club a décidé de renforcer la défense pour la rendre plus solide. Le stoppeur Bernard Gardon en provenance du LOSC ainsi que les défenseurs Rolland Courbis qui vient du FC Sochaux et Alfred Vitalis du FC Tours y ont grandement participé. Sans oublier l’ancien joueur d’Angoulême, Alain Moizan, qui a bien trouvé sa place dans le milieu monégasque au côté de l’international Jean Petit et de l’Argentin Raoul Nogues. Jean-Luc Ettori, jeune gardien de 22 ans, se révèle comme un futur grand…malgré sa taille de 1,73m. Une seule défaite à domicile (2-3 contre l’OM) mais surtout une attaque très prolifique permettent à l’équipe monégasque de se reposer sur une grande présence collective. En effet, l’AS Monaco bénéficie de la meilleure attaque du championnat avec 79 buts marqués. Christian Dalger est un ailier droit très vif, toujours attiré vers les cages adverses. Il marque 18 buts en 36 matches de championnat cette saison là. Jean Petit est le capitaine de l’équipe, il dispute les 38 journées du championnat et il marque 6 buts. Mais surtout, il connait ses premières sélections lors de cette saison 1977/78 avec à la clé une participation au Mondial 1978 en compagnie de son compère Dalger. Delio Onnis est, un vrai numéro 9 à l'ancienne, un renard des surfaces toujours à l’affût d’un ballon qui traine. Avec 29 buts en 35 matches, il est le meilleur buteur de l’ASM. Un autre argentin se fera remarquer, c’est la recrue en provenance de l’OM, Raoul Noguès avec 10 buts.


     C’est ce potentiel offensif qui permet à Monaco de finir le championnat comme il l’a commencé, en gagnant ses 5 derniers matches, pour 18 buts marqués. Cette fin de championnat en trombe autorise les monégasques à monter sur la plus haute marche du podium, avec 53 points, en devançant d’un point les nantais et de trois points les strasbourgeois, autre promu de cette fameuse saison 77/78.

     C’est Lucien Leduc qui est l’entraîneur du champion de France cette saison là, déjà champion en 1961 et 1963 lors de son premier passage sur le banc monégasque. Il prend toujours du recul et ne dramatise jamais la défaite (7 dont 1 à domicile).

 

Source principale :

OCCFOO103