JF LARIOS LIVRE

Larios… Jean-François Larios, ça ne  nous rajeunit pas ! Et alors ? Larios, c’est Bastia, c’est une période des Verts, c’est l’équipe de France, le début de la période Michel Hidalgo. Tout le monde aimait Jeff, son jeu, son toucher de balle, ses cheveux au vent et ses tacles engagés mais jamais méchants. Un caractère à la hauteur de son talent, c’est sûr. Avec son physique athlétique, il avait de la technique, l’animal ! Malgré l’épopée avec Bastia, c’est surtout le joueur Stéphanois qui reste dans la mémoire collective comme quoi… D’ailleurs les éditions SOLAR ne s’y sont pas trompées en choisissant un vert de chez Vert comme couverture et ça le fait, faut bien l’avouer.

Larios est cash dans son livre comme il était direct sur le terrain. Pas le genre de joueur à se cacher durant le match, il prend ses responsabilités et reconnaît ses torts plus souvent qu’à son tour. Aidé par le journaliste Bernard Lyons, il nous fait voyager durant une période de plus de trente ans dans son football à lui. Celui qu’il a vécu et aimé en tant que joueur mais aussi en tant qu’agent de joueurs. Celui auquel il s’est « brûlé les ailes » comme il sous-entend à force de « jouer avec le feu ». C’est possible et alors ? Au moins, Jean-François Larios alias « le gitan » n’a pas laissé insensible les supporters de l’époque – de  7 à 77 ans – qui ont vu ce milieu de terrain faire des conduites de balle pied gauche, pied droit avec le regard périphérique sur ses partenaires démarqués. La preuve, c’est que trente ans après l’arrêt de sa carrière, c’est avec une grande joie et satisfaction que nous (re)découvrons ce joueur et son histoire.

Tout au long des 313 pages, l’auteur nous compte ses aventures et une multitude de souvenirs de Saint-Étienne à l’équipe de France en passant par un séjour à l’étranger. Des anecdotes de terrain et de vestiaires mais pas que. En effet, il nous fait aussi découvrir son après-football en tant que joueur, sa deuxième carrière professionnelle, celle d’agent de joueurs. L’un des plus renommés et efficaces agents français des années 90 qui plaçaient ses joueurs internationaux dans des grands clubs européens de l’époque. Comme la vie, Larios ne se fait pas de cadeaux à travers le livre. Que ce soient l’alcool, les femmes, la fête, le jeu voire même l’Amour, l’ex-tricolore se confie. Dans chacune des parties du bouquin, les anecdotes nombreuses et impartiales nous font mieux comprendre la tournure de sa carrière sportive – qui s’annonçait pourtant prometteuse – et de sa vie d’homme. Autant de plaisir à le lire qu’à l’avoir vu jouer.

3 infos haletantes dans ce livre comme 3 chevauchées de Larios remontant le terrain :             

- En juin 1979, malgré une fracture de l’orteil, il joue un tournoi d’après saison sous infiltration et repart avec le trophée du meilleur buteur.

- Son aventure ratée à l’Atlético suite à une blessure au genou à l’entraînement le jour du transfert.

- Alors que par son intermédiaire le transfert d’Ibrahim Ba de Bordeaux à Arsenal est validé, il y a un contre ordre. Sous l’influence de Rolland Courbis, ce dernier convainc le joueur au dernier moment de s’engager avec le Milan AC.