psgom64

     33ème journée de Ligue 1 de la saison 200… Non non ! Pas d’indication sur la saison, ce serait beaucoup trop facile. En revanche, je peux vous dire que ce match s’est déroulé à un mois d’avril en plein printemps. La fin du championnat approche à grands pas et l’Olympique Lyonnais est en tête de la L1 avec 66 points, suivi par Monaco (65) et le PSG (63). En parlant du PSG, dirigeons nous vers le Parc des Princes ! Ce stade qui s’est transformé en lieu touristique. A cette époque les tifos ressemblaient à quelque chose, les drapeaux et fumigènes étaient présents, les tribunes tremblantes étaient remplies de supporters et non de spectateurs : Les Gavroches, les Boulogne Boys, Lutèce Falco, Supras Auteuil, les Tigris Mystic donnaient de la voix et ne laissaient pas place au silence. A cette époque, le Paris Saint-Germain était un vrai club de foot, pas une entreprise business comme aujourd’hui. Bref, passons !

     On joue la 11ème minute sous un beau soleil. Ce but n’a pas été élu « Plus beau but de la saison » mais c’est tout comme. Dans quelques instants, le Parc des Princes assistera à l’un des plus beaux buts de l’Histoire du PSG. L’action débute au milieu du camp adverse : Juan Pablo Sorin, un milieu parisien, est à environ 40 mètres du but adverse. Il reçoit le ballon et, après un contrôle du pied droit, fait immédiatement une passe en profondeur du pied gauche à son attaquant, parti à la limite du hors-jeu (que c’est beau d’avoir les deux pieds !). Le gardien adverse décide de sortir de ses cages pour empêcher son adversaire de marquer mais l’attaquant semble vouloir lui faire un crochet, qui se transforme finalement en un contrôle excentré. Cela l’emmène hors surface de réparation, près de la ligne de corner, le portier marseillais se précipite pour retourner sur sa ligne tout en fixant le ballon. L’attaquant, sans perdre une seconde, prend l’information, contourne le ballon et lobe le gardien d’un brossé pied droit. La balle passe entre la barre et Brahim Hemdani  défenseur adverse revenu défendre sur la ligne de but : les filets tremblent ! Mais quelle audace de la part de ce joueur ! Ouverture du score ! Le Parc explose de joie sur ce « geste de génie » comme dit Thierry Gilardi au micro de Canal+. Le buteur se précipite vers le virage Auteuil en faisant sa célébration habituelle : bars tendus en courant comme s’il voulait enlacer le public. Mais ce n’est pas le cas ! Cette célébration représente l’animal d’où est originaire le buteur de ce match : l’aigle des Açores. Eh oui, vous l’avez sûrement tous reconnu ! Ce joueur a marqué l’Histoire du PSG. Michel Montana, speaker du Parc depuis 1998, annonce l’identité du buteur : « PEDROOOOO MIGUEEEEEL… » et les supporters parisiens n’hésitent pas à crier de toutes leurs forces « PAULETAAAAA ! ». Fabien Barthez et ses coéquipiers marseillais sont sonnés par ce but fantastique.

     Conclusion de ce match comptant pour la 33ème journée de la saison 2003-2004 ? Le PSG gagne le classico grâce à un doublé du buteur portugais (2-1) et permet au club de la capitale d'enchaîner une 8ème victoire consécutive face à son rival, plus concentré que jamais sur sa finale de l'UEFA face au FC Valence (finale perdue sur le score de 2 à 0).

 

     PEDRO MIGUEL CARREIRO RESCENDES PAULETA : joueur du Paris Saint-Germain de 2003 à 2007. Il fait trembler les filets à 83 reprises en 183 matches toutes compétitions confondues. Il est le meilleur buteur de la saison 2005-2006 et 2006-2007, vainqueur de la Coupe de France en 2004 et 2006 et de la Coupe de la Ligue en 2008. Finaliste du Trophée des Champions en 2004 et de la Coupe de France en 2008.