thumb_241010_cms_new_large_article

1989 : Tout le monde se souvient de la défaite 1-2 contre la Bulgarie en 1993 mais personne se souvient du triste 0-0 face à la Yougoslavie en 1989, ayant pourtant la même conséquence : élimination de la Coupe du monde. Absente de l'Euro 88, la France voit sa campagne qualificative pour le Mondial 90 viré au rouge. Même si les Bleus battent la Norvège sans trop les inquiéter (1-0, but de Papin) en septembre 1988, ils ne peuvent revenir dans l'Héxagone avec un match nul de Chypre (1-1) et sont tout près de réaliser l'exploit à Belgrade (défait 3-2 après avoir mené 1-2) avant de perdre en Ecosse (2-0). Entre-temps, Eric Cantona avait traité le sélectionneur de l'époque Henri Michel de "sac à merde" car ce dernier ne l'avait pas retenu pour un match amical. Conséquence ? Exclusion de l'équipe de France pour Cantona, Henri Michel viré et Platini nommé nouveau sélectionneur pour redresser la situation.

Contre la Yougoslavie, "Platoche" rappelle Battiston en défense. Mais au cours de ce match, ce n'est ni Susic, ni Stojkovic, ni les frères Vujonic qui ouvrent le score mais c'est l'attaque de l'équipe de France qui fait peur. Perez, Paille, Xuereb, Durand et Cocard ne se créent aucune occasion ! Les Bleus se font largement dominer au milieu de terrain. Mais alors qui est le meilleur bleu de ce match ? C'est tout simplement le gardien Bats. Avec ce triste 0-0, la France ne verra pas l'Italie. En revanche, ce match marque le début d'une série de 19 matches sans défaite pour l'équipe de France. Et au cours de cette période, Platini a réussit à imposer une âme, un style de jeu et a donné sa chance à Didier Deschamps (première sélection).