1902 : Fondation de l'Olympique Lillois.

1904 : Ce jour-là, les onze Français sur le terrain n'en croient pas leurs yeux : 5 000 personnes remplissent le Parc des Princes. Ce n'est pas encore l'équipe de France au sens pur du terme mais ça y ressemble. A vrai dire, cette équipe est en réalité une sélection d'Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA) : chemise blanche aux cercles entrelacés bleus et rouges. Selon les Historiens du football, ce match-là serait le premier match international officiel des Bleus si en face il n'y avait pas une équipe de club, en l'occurrence les professionnels de Southampton. Et au final, l'avantage est toujours anglais (6-1).

Southampton_FC_(professionnels,_rayés)_-_France_(amateurs,_blancs),_1-6_au_Parc_des_Princes,_le_13_mars_1904

1969 : "Wembley-Waterloo" : c'est le titre de L'Equipe au lendemain du match pitoyable joué par l'équipe de France, complètement écrasée par l'Angleterre sous la pluie de Wembley. Certes, personne ne s'attendait à un exploit français mais personne ne s'attendait non plus à un telle "raclée". Effectivement, Georges Boulogne avait repris une équipe à la dérive et ne disposait que seulement cinq jours pour composer sa sélection de ce match. Au vu du résultat, France-Angleterre n'était pas un match mais un désastre (0-5). Cette lourde défaite laissera des cicatrices aux joueurs et risque de couter chère à Boulogne mais il ne peut en être rendu responsable. Il va tenir bon, repartir et du passé faire table rase, en donnant sa chance à l'équipe de France Espoir qui vient de battre l'Italie, à Gènes (1-0), la Norvège (5-1), l'Algérie (5-2) et de faire match nul contre la Hongire (2-2).

1974 : Finale de la Coupe d'Afrique des Nations au Caire : Le Zaïre remporte le trophée face à la Zambie sur le score de 2 à 0.

2019 : Incroyable, monstrueux, un extraterrestre... Bref, une légende ! Vexé par la défaite à l'aller au Metropolitano Stadium (2-0) face à une équipe déterminée de l'Atlético Madrid, Cristiano Ronaldo a averti les Colchoneros avant le début du match retour de ce huitième de finale de la Ligue des Champions : « L’équipe est confiante pour jouer un bon match, et moi aussi. Nous sommes prêts à vivre une soirée spéciale, à la fois sur le terrain et dans les tribunes ». Et il a tenu parole ! Le quintuple Ballon d'Or France Football a réécrit à lui seul, ou presque, le scénario de ce huitième de finale face à des Colchoneros qui ont enfilé le costume de fantôme : un premier but de la tête pour raviver l'espoir (27e), un second de la tête en début de deuxième période (49e), puis un troisième, sur penalty (86e), pour faire chavirer définitivement la Juventus Stadium. Tout Turin l'attendait, CR7 a répondu présent. C'est pour ce genre de match que la Juventus se l'ai arraché à prix d'or durant le mercato estival 2018. Juste avant cette rencontre, le Portugais n'avait inscrit qu'un seul but dans cette édition de Champions League a tel point que cela laisser planer un doute sur sa capacité à peser autant qu'auparavant. Mais à la fin de ce match, les statistiques en C1 de Ronaldo ont de quoi justifier le fait qu'il soit un des meilleurs joueurs de l'Histoire : 123 buts, 40 passes décisives en 160 matches.

ligue-des-champions-avec-son-triple-cristiano-ronaldo-ecrase-l-atletico-madrid-et-envoie-la-juventus