d-198095-capture-decran-2015-03-24-a-015122

1963 : France-Brésil, une affiche de rêve ! Surtout quand le Roi Pelé est à Paris ! Le satde de Colombes est plein à craquer pour accueillir Gilmar, Santos, Altaïr, Zito, Pépé et le "Roi". Et ce dernier marque deux fois pour donner l'avantage au Brésile. La France ne se contente pas de regarder le jeu brésilien et par l'intermédiaire de Wisnieski et Di Nallo, les deux équipes se retrouvent à égalité. Mais on le sait tous, tant que ce n'est pas sifflé, ce n'est pas terminé. Et à la 84e minute, Pelé s'offre un triplé et permet à son équipe de remporter le matche sur le score de 3 buts à 2. Mais cette victoire, les Brésiliens ne la doivent pas uniquement à Pelé. Un autre joueur à l'autre bout du terrain a été exceptionnel durant ces 90 minutes : le gardien Do Santos Neves dit Gilmar. A l'image de ce match, l'un des meilleurs gardiens de la sélection brésilienne va vivre tout le reste de sa carrière dans l'ombre du "Roi"... Gilmar c'est deux Coupes du monde (1958 et 1962) et deux Coupes intercontinentales (1962 et 1963 avec Santos), cent sélections en équipe nationale.

1976 : Un match Brésil-Uruguay, tout paraît banal. Mais en réalité, au coup de sifflet final, les Brésiliens l'emportent 2-0 et la pelouse du Maracana est envahie par les radio-reporters. D'un coup, le milieu uruguayen Ramirez poursuit Rivelino en le menaçant. Le brésilien Orlando intercepte l'Uruguayen et le met K.O. Delà, s'en suit une bagarre générale et sanglante ! Par ailleurs, ce n'est pas la première fois que Brésiliens et Uruguayens en viennent aux mains que ce soit sur le terrain ou dans les tribune : le football sud-américain est de plus en plus synonyme de violence.