1958 : 1/8e de finale retour de qualification pour le premier Championnat d’Europe des nations. 26 000 grecs sont venus encourager  à  Athènes leur équipe après la défaite 7-1 au match aller, à Paris. L’équipe de France doit se passer des joueurs rémois qui en ce mercredi de décembre sont déjà engagés avec leur club pour la Coupe d’Europe des clubs champions. Trois milieux de terrain sont titularisés pour la première fois au coup d’envoi. René Ferrier (AS Saint-Étienne), Rolland Guillas (Girondins de Bordeaux) et Stanislas Dombeck (Stade rennais) sont les heureux élus pour cette rencontre. Les joueurs français sont plus prudents que lors du match aller et le score est donc moins généreux. En effet, il faut attendre la 71e minute pour voir l’attaquant  du SCO d’Angers, Stéphane Bruey marquer un but de l’extérieur de la surface de réparation. Roger Marche (RC Paris), le capitaine malchanceux marque contre son camp à la 85e minute. Score final 1-1. La France continue son parcours dans ces éliminatoires directes et rencontrera l’Autriche en quart de finale.

 

2 décembre 1972 LOGO UNFP

1972 : La 17e journée de division 1 n’aura pas lieu, en tout cas pas dans son intégralité… En effet, pour défendre le contrat à temps – contrat à durée librement déterminée – l’UNF (Union Nationale des Footballeurs Professionnels) déclare la grève et sera suivi par un maximum de joueurs. Ce contrat est remis en cause par le Groupement – ancien nom de la Ligue de football professionnel – qui voudrait rétablir le contrat à vie (jusqu’à l’âge de 35 ans) comme avant 1969. C’est ainsi que cinq matches sur dix sont annulés lors de cette journée malgré les menaces et les interdictions de grève des présidents de club. Sur les cinq affiches de la soirée, seulement deux se déroulent avec des équipes types. Les joueurs professionnels ayant refusés de jouer, le  Racing Pierrots Strasbourg-Meinau envoie ses amateurs  jouer au Vélodrome contre l’OM, score final 4-0 pour les Phocéens. C’est la réserve de l’Olympique lyonnais qui se déplace à Bastia et qui perd 3-0. Au Parc des Princes, le Paris FC présente sa réserve de Promotion d’Honneur contre le FC Metz composé en grande partie de ses pros et quelques amateurs. Les visiteurs l’emportent ….11 à 1. Au final, les matches joués de cette 17e journée sont annulés - reportés au printemps suivant – et le contrat à temps est préservé.