1976 : Lorsqu’on dit Saint-Etienne, plusieurs choses nous viennent forcément à l’esprit : vert, ambiance, Rocheteau, Platini et bien sûr… poteaux carrés. Ah ces fameux poteaux carrés d’Hampden Park ! "Et si les poteaux avaient été ronds à Glasgow ce jour-là..." Puisque oui, effectivement lors de la finale de la Coupe des clubs champions européens face au Bayern Munich, les montants sont carrés et non ronds comme aujourd’hui. Ce qui était assez rare car ce type d'anciens montants avait été remplacé dans la plupart des stades par des poteaux ronds. Donc impossible de réaliser un « poteau rentrant » ou une « barre rentrante ».

asse-bayern 1976 dominique bathenay (22)

Le match commence et à la 34e minute, après un rush de 30 mètres, Dominique Bathenay (milieu défensif de l’ASSE)  décide de prendre sa chance et envoie un tir puissant sur la barre transversale du portier bavarois, Sepp Maier, avant de rebondir devant la ligne de but. Bis repetita cinq plus tard : sur un centre de Christian Sarramagna, Jacques Santini lace une tête lancée sur la transversale et avant que le ballon ne rebondisse devant la ligne de but. Ils ne le savent pas encore mais les Stéphanois seront "hantés" par ces deux tirs pendant de nombreuses années, et le foot français serait à deux doigts de connaître une autre dimension.

1975-76_ASSE-Bayern_Santini

Malgré l'absence de trois joueurs cadres de l'équipe (le défenseur Gérard Farison est suspendu, le milieu de terrain Christian Synaeghel est blessé et Dominique Rocheteau est sur le banc), les Verts dominent cette première période. Mais ce sont les Allemands qui ouvrent le score à la 57e minute : Franz Roth inscrit le but victorieux de la rencontre sur un coup franc indirect, joué rapidement par Franz Beckenbauer… alors que l’arbitre était en train de faire reculer le mur stéphanois. Il ne manquait plus que ça à Saint-Etienne pour passer à côté du trophée. Après la rencontre, le gardien des Verts, Ivan Curkovic, pesta : « En plus, Beckenbauer a bougé le ballon de 50 centimètres dans le dos de l’arbitre. Il aurait dû donner le coup franc à retirer. On s’est fait piéger ! »

Après un échauffement d’une dizaine de minutes derrière les cages de Maier, Rocheteau remplace Sarramagna à la 83e minute. L’Hampden Park espère voir l’Ange vert renverser la situation. Le public ne sera pas déçu puisqu’il débordera sans cesse sur son aile et rendra fous tous les défenseurs allemands, et notamment le grand Beckenbauer. Mais sans vain, l’arbitre siffle la fin du match et les Bavarois remportent leur troisième Coupe des clubs champions consécutives. Pour beaucoup de français, fans de foot, ce match est surnommé  « la finale des poteaux carrés » en référence à ces faits de jeu, alimentant la légende autour de cette rencontre.

bathenay_munich_1976