1901 : Le Genoa connaît sa première défaite sur son terrain depuis sa création en 1893 (défaite face au Milan AC 0-1, but d’Herbert Kiplin).

6531609_1-0-956299542_1000x625

1918 : Aujourd’hui, on connaît tous la Coupe de France. Mais savez-vous où et quand a eu lieu la première finale ? Quelles équipes se sont affrontées pour cette première finale ? Sachez que c’est dans la rue d’Olivier-de-Serres dans le XVème arrondissement de Paris, sur le terrain de la Légion Saint-Michel, que s’est déroulée la première finale de Coupe de France. Les médias font des annonces chaque jour mais seulement 2 000 spectateurs vont assister au match entre le FC Lyon et l’Olympique de Pantin, du fait qu’une confusion règne entre les différentes compétitions des clubs français : sept coupes et challenges sont alors organisés annuellement. Cependant, il n’y a vraiment pas eu de match : l’Olympique de Pantin, qui deviendra plus tard l’Olympique de Paris, remporte la Coupe Charles Simon (renommée Coupe de France plus tard) sur le score de 3 buts à 0 face à des Lyonnais privés de leur gardien habituel. Mais durant ce match, le jeu devient plus physique, les gestes d’énervements se multiplient, les joueurs perdent leur sang-froid et le ton commence à monter. A tel point que le gardien de but de Pantin, René Decoux, décoche un superbe crochet du droit à la mâchoire de l’attaquant lyonnais André Weber. La logique voudrait qu’il y ait expulsion du portier parisien. Mais le capitaine lyonnais Roger Ebrard demande à l’arbitre de la rencontre de reporter sa décision : « Laissez le jouer ! ». A la fin du match, Ebrard déclara : « Je ne voulais pas jouer contre une équipe sans gardien. C’était anormal ! »

1981 : Pour la 100ème édition de la Cup, deux clubs mythiques d’Angleterre s’affrontent : Tottenham et Manchester City (une finale tout à fait possible de nos jours). N’arrivant pas à se départager lors de la première manche à Wembley (1-1), les deux équipes s’opposent de nouveau quelques jours plus tard. Cette fois-ci, les Londoniens l’emportent sur le score de 2 à 0 : un but de Ricardo Villa et d’Oswaldo Ardiles, champions du monde en titre avec l’Argentine, permettent aux Spurs de remporter ce trophée tant attendu depuis 1967.

10517451

1992 : C’est sûrement le jour le plus tragique pour le championnat français. Ce jour de fête s’est transformé en jour de drame en quelques secondes. Alors que Bastia s’apprêtait à disputer une demi-finale de Coupe de France à domicile face à l’OM, la tribune du virage nord du stade Furiani s’écroule à 10 minutes du coup d’envoi. Quelques jours auparavant, les dirigeants corses avaient fait appel à la société niçoise Tribune Sud pour monter une structure derrière ce Virage nord, accueillant ainsi 3 000 spectateurs supplémentaires. Mais cette structure provisoire a fait basculer dans le vide des milliers de spectateurs. Au total : 17 morts et plus de 2 000 blessés dont certaines personnes resteront paralysées à vie. Sur la pelouse, les joueurs marseillais et bastiais sont témoins du drame et décident d’aider les secours et les victimes. Après le scénario tragique du stade d’Hillsborough trois ans plus tôt, c’est au tour de Furiani de passer de la fête à la catastrophe. Pour la première fois depuis le début de sa création en 1918, la Coupe de France ne connaîtra pas de finale. Chaque année, faire jouer des matches de Ligue 1 devient un sujet polémique dans le monde du football français.

2004 : On sait tous que le mois de mai et synonyme de fin de saison, que ce soit en championnat, en coupe nationale ou en coupe d’Europe. En parlant de Coupe d’Europe, ce 5 mai 2004, Monaco est en demi-finale de Ligue des Champions face à une des grosses écuries : Chelsea. Au match aller, l’ASM a dominé les Blues au Stade Louis II sur le score de 3 buts à 1. Mais le match retour en Angleterre est beaucoup plus compliqué pour les hommes de Didier Deschamps. Dès la 22e minute, Jesper Grønkjaer ouvre la marque sur un lob magique de l’extérieur de la surface. Le club de la Principauté doute, celui de Londres est en confiance et multiplient les occasions. Il faut un très grand Flavio Roma dans les cages monégasques pour garder le petit but d’avance… jusqu’à la 44e minute : après un jeu en triangle digne d’une école de foot, Frank Lampard donne la qualification provisoire à Chelsea (2-0). Après avoir éliminé le Lokomotiv Moscou et le Real Madrid, est-ce la fin de l’épopée monégasque ? Non, selon Jérôme Rothen. L’ailier gauche déborde le long de la ligne de touche et centre pour Fernando Morientes. Ce dernier trouve la transversale de la tête mais retombe sur Hugo Ibarra… qui marque sans le vouloir (du ventre, du pied et probablement même du bras). Ce fameux but à l’extérieur qui enterre les Blues (45e+1) ! Après le retour des vestiaires, l’ASM égalise grâce à Morientes après un une-deux avec Bernardi (2-2, 60e). Les hommes de Didier Deschamps sont en finale de Champions League face à Porto, entraîné alors par un jeune coach prometteur, José Mourinho.

xin_5105010611207082109415