1949 : Un avion est prêt à décoller de la piste de Lisbonne en direction de Turin. A bord, tous les joueurs du Torino, meilleure équipe italienne du moment (dont deux Français Emile Bongiorni et Roger Grava et un Hongrois Schubert) ainsi que deux dirigeants du club turinois, trois techniciens et trois journalistes qui ont accompagné le club italien. Pour décoller, les conditions climatiques ne sont pas du tout bonnes. Le vol est agité : les conditions de visibilités ne sont pas optimales, une pluie violente et des multiples nuages épais ne rendent pas la situation beaucoup plus aisée. Mais cela n’empêche pas l’avion d’arriver à destination… ou presque. Au-dessus de la colline de Superga, qui domine Turin, l’appareil vole de plus en plus bas et finit par heurter de plein fouet le haut de la coupole de la célèbre basilique. Aussitôt, l’avion prend feu et finit son trajet dans le jardin sacré. Quelques secondes après ce drame, les secours sont sur place mais aucun des trente-deux passagers survit. Toute l’équipe qui avait remporté le Calcio vient de disparaître (Bacigalupo, les frères Ballarin, Rigamonti, Maroso, Castigliano, Grezar, Loik, Mazzola, Menti, Gabetto, Ossola, Fadini, Operto, Martelli et Roger Grava) en plus du directeur technique hongrois Erbstein, de l’entraîneur anglais Liveslez et du masseur Cortina.

s-l300

1952 : OGC Nice – Girondins de Bordeaux : la plus belle finale de l’Histoire de la Coupe de France. En tout cas la plus pimentée avec huit buts inscrits juste derrière celle de 1957 (neuf buts lors de Toulouse - Angers). Une finale qui voit le premier et deuxième du championnat s’affrontaient pour le premier match diffusé à la télévision. Lors du championnat de D1, Nice avait déjà gagné deux fois contre Bordeaux. Et comme on dit, jamais deux sans trois ! Vous l’aurez bien compris, c’est le club azuréen qui remporte la finale. Dans le premier quart d’heure de la rencontre, trois buts sont marqués en trois minutes (11e, 12e, 13e) permettant à Nice de prendre l’avantage sur le score de 2-1. L’OGCN creuse l’écart mais les Girondins reviennent dans la partie à trois partout. Bordeaux n’a jamais mené au score durant cette rencontre et Nice en a profité pour gagner le match 5-3 et ainsi garder son titre. C’est la quatrième fois que les Aiglons réalisent le doublé Coupe-Championnat après Sète en 1934, RC Paris en 1936 et Lille en 1946.