1970 : Ça y est, c'est fait ! Cagliari est champion ! Le club sarde, fondé en 1920 par un groupe d'étudiants aux moyens financiers inférieurs aux autres clubs tels que les deux clubs de Milan ou celui de la Juventus, remporte son premier Calcio grâce à sa victoire 2-0 face à Bari. Cette équipe, emmenée par son attaquant de grande classe Gigi Riva, avait déjà étonné tous les footeux en terminant second lors de la saison précédente. Bilan de cette saison : trente matches, deux défaites, quatre points d'avance sur l'Inter. Et qui dit champion d'Italie dit participation en Coupe d'Europe des clubs champions la saison suivante. Et pour fêter cela, les coéquipiers de Riva inaugureront quelques jours plus tard un nouveau stade flambant neuf contenant 60 000 places.

s-l300

1975 : Bernard Boissier connaît sa première lors d'un France-Portugal (0-2, buts de Nene et Marinho). Il ne reste que deux minutes à jouer et Stefan Kovacs décide de faire sortir Jodar pour faire rentrer le défenseur nîmois. Boissier effectue donc ses grands débuts internationaux. Mais cent secondes plus tard, l'arbitre siffle la fin  du match. Une appartion éclaire de Boissier ! Mais ce qu'on retiendra de ce matrch, ce sont les lacunes des Bleus : c'est une équipe maladroite et sans inspiration. Au final, Bernard Boissier verra son compteur de cap international bloqué à une sélection ou plutôt à... cent secondes.

1978 : Pour la première fois, une finale européenne se déroule en Corse. En effet le SEC Bastia s'est qualifié pour la finiale de la Coupe de l'UEFA en éliminant le Sporting Lisbonne, Newcastle, Torino, Iena et les Grasshoppers. Grâce à se parcours exceptionnel, les hommes de Pierre Cahuzac se font connaître à travers toute l'Europe. Ils s'affronteront donc le grand PSV Eindhoven en finale ! Le jour J, le stade Furiani est en ébullition : 14 000 spectateurs mettent l'ambiance. Mais deux heures avant le coup d'envoi, un violent orage tombe sur Bastia. Tout le monde espère que cela s'arrêtera à temps. Mais les trompes d'eau ne cessent. Et trente minutes avant le coup d'envoi, l'arbitre de la rencontre, M. Maksimovic tâte le terrain inondé et décide... de faire jouer le match. Eh oui, un match de foot sur une piscine... Le spectacle n'est pas au rendez-vous et les filets ne tremblent pas une seule fois. Au retour, au Philips Stadion, la belle aventure bastiaise se terminera sur une défaite (3-0) mais personne n'oubliera la fantastique épopée européenne des coéquipiers de Claude Papi.

1995 : Avant d'être journaliste sportif, Di Meco était avant tout footballeur. Et à trente-deux ans, le Monégasque redécouvre les Bleus lors du match face à la Slovaquie (4-0) après quatre ans d'absence (de France-RFA 2-1 le 28/02/1990 au Italie-France 0-1 le 16/02/1994). A noter qu'il a commencé sa carrière sous l'ère Platini lorsqu'il jouait à l'OM mais a été oublié par Gérard Houllier. Mais en ce jour de 1995, Di Meco redevient une pièce maîtresse et ne connaît toujours pas la défaite avec l'équipe de France.

1998 : Dernier matchde Raï au PSG face à Monaco.