1891 : Les membres du Havre Athlétic Club, doyens du foot français, adoptent les règles des Anglais et choisissent les mêmes couleurs que leurs compatriotes (bleu ciel et bleu marine) en hommage à Oxford et Cambridge du fait de leur technique balle au pied dont il sont admiratifs. Les rencontres se joueront sur un champ proche de l'église de Sanvic pour une location de six cents francs par an. Les équipes ? Les membres du club HAC, des joueurs des communes voisines telles que Dieppe ou même parfois des clubs anglais. Cela a permit au doyen français de développer son expérience bien plus rapidement que les autrss clubs continentaux.

1934 : Qualification des Bleus pour la Coupe du monde 1934 face au Luxembourg (6-1) grâce à un quadruplé de Jean Nicolas.

20190420_151722

1958 : En ce jour, trois lettres illustrent le football tout au long de cette année 1958 : FLN (Front National de Libération). Cet appel du FLN brise la carrière d'une dizaine de joueurs algériens prometteurs. D'un côté, le FLN représente un avenir meilleur pour le peuple algérien. De l'autre, c'est une fin de carrière de footballeur pleine de gloire. Dix footballeurs de première division vont faire ce choix crucial : Zitouni, Boubekeur, Ben Tifour, Bekloufi (ASM), Kermali (OL), Rouiaï (SCO Angers), Brahimi, Boutchouk (Téfécé), Bouchache et Soukhane (HAC). Le choix est crucial pour Rachid Mekloufi (ASSE, 22 ans) et Zitouni (30 ans) : internationaux, ils sont promis à un bel avenir, notamment à la participation à la prochaine Coupe du monde en Suède. Mais au final, avec l'aide de différents facteurs (climat pesant sur la guerre, attaques racistes), ils choisiront de devenir algériens et renonceront à leur carrière internationale. Ces douze joueurs vont pendant quatre ans disputer des matches amicaux au sein de la formation du FLN. Seul Mekloufi reviendra en Europ au Servette de Genève puis à l'ASSE et deviendra sélectionneur de l'Algérie en 1970.

1989 : Un drame mortel surivent lors de la demi-finale de la Coupe d'Angleterre entre Liverpool et Nottingham Forest sur le terrain neutre de Sheffield. Trois mille spectateurs sans billet, venus de la ville des Beatles, forcent pour rentrer dans le stade d'Hillsborough côté ouest alors qu'il est déjà comblé. Craignant une émeute, des officiers chargés du filtrage décident tout de même de leur ouvrir les portes : et ce qui devait arriver arriva. Le drame éclate sans plus attendre suite au phénomène de masse : les spectateurs des premiers rangs sont bousculés vers les grilles et barrières et meurent étouffés. Au total : 95 morts et des centaines de blessés. Le football britannique est de nouveau en deuil après le drame de Bolton en 1946 (33 morts) et celui de Bradford (11 mai 1985, 56 spectateurs brûlés vifs à la suite d'un incendie d'une tribune en bois avant un  match de Liverpool). Le stade d'Hillsborough, récemment rénové pour renforcer la sécurité, semble remettre en question le nombre de places assises. L'UEFA énonce par ailleurs une obligation pour tous les stades britanniques : des stades avec 100% de places assises. En attendant, la malédiction semble poursuivre les fans des Reds.

1992 : L'AS Monaco se qualifie pour la finale de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe au détriment de Feyenoord, aux Pays-Bas, sur un score de 2-2. Après le match aller (1-1), Arsène Wenger estimait une qualification de son équipe à hauteur de 30%. Hors, grâce à une reprise de Weah et une tête piquée de Rui Baros), les Monégasques confirment leur progression fulgurante : quatrs de finalistes de la Coupe des clubs champions en 1989, demi-finalistes de la Coupe des vainqueurs de coupe en 1990.