1912 : Fondation du club brésilien Santos FC.

1976 : Gerd Müller, un des plus grands attaquants de l'Histoire du football. En voici la preuve : à lui seul, il arrive à éliminer le Real Madrid et permet à son équipe du Bayenr Munich de se qualifier pour la finale de la Coupe des champions. Déjà buteur au match aller au Santiago Bernabeu (1-1), "le gros" a une fois de plus fait tourner la tête à la défense Madrilne. Lors de ce match retour, les Munichois offre un jeu plaisant, donnant une véritbale leçon de football offensif aux Merengue. Le club Bavarois, grâce à sa colonne vertébrale magique (Maier-Beckenbauer-Müller), file en finale grâce à un tir du gauche puis du droit  de Gerd "Bomber" Müller, chasseur de buts le plus redoudable de la planète football.

asse-psv_1976_curkovic

Dans l'autre rencontre, opposant Saint-Etienne au PSV Eindhoven, tout le peuple français souhaite voir l'ASSE en finale pour qu'un de leur club confirme au plus haut niveau les promesses démontrées en championnat. En effet, seul Reims a atteint la finale de cette compétion en 1959. Lors du match aller au stade de Geoffroy-Guichard, Larqué inscrit le seul et unique but de la rencontre. Les Verts s'attendent à un match compliqué au retour, aux Pays-Bas. Et c'est le cas ! Les Stéphanois subissent les assauts répétés des joueurs du PSV. Heureusement que pour les quinze millions de téléspectateurs français, Ivan Curkovic (gardien yougoslave de Saint-Etienne) réalise un match d'anthologie sur la pelouse du Philips Stadion. Il est impérial face à Willy Van de Kerkhof, Edström ou bien encore Van der Kuylen et réalise une parade exceptionnelle à deux reprises sur un tir de Dalqvist, à une minute du coup de sifflet final. A l'issue de ce match retour, le score est vierge et permet aux Verts de se qualifier pour la finale succédant ainsi au Stade de Reims. Hervé et Patrick Revelli, Santini, Rocheteau et tous les autres affronteront le grand Bayern de Münich où des dizaines de milliers de supporter habillés en vert sont attendus.

2007 : Quel drôle de samedi soir en Ligue 1 ! Sur huit matches proposés, six se terminent sur un score vierge. Au total, quatre but auront été marqués. Le lendemain, les filets trembleront à quatre reprise. Dix matches, huit buits. Faut-il féliciter les gardiens ou bien critiquer les attaquants ? Seuls trois gardiens obtiennent la note de 7/10 dans L'Equipe (Ramé pour Bordeaux, Landreau pour le PSG, Douchez pour Toulouse). Cependant, grâce à son succès 1 à 0 sur la pelouse de Sedan (but de Ben Arfa), l'OL se dirige vers un sixième titre de champion de France d'affilée. Les autres sauveurs d'équipe ? Fauvergue et Mirallas (LOSC 2-0 Sochaux), Emana et Mansaré (Toulouse 2-0 Auxerre), Bellion (doublé pour Nice) et le Stéphanois Diatta (Nice 2-1 Siant-Etienne). Oui c'est tout !