1891 : Depuis quelques années, sur la pelouse du bois de Boulogne, se déroulent des matches entre Anglais de Paris. Mais en ce 11 mars, des lycéens parisiens décide de lancer les compétitions en France. L'International Athletic Club (les collégiens de l'Institut international) et ceux de l'Association athlétique Monge s'affrontent en match. C'est la plus ancienne trace écrite d'un match à Paris. Ces deux clubs sont membres de la récente USFSA (Union des sociétés françaises de sports athlétiques) regroupant une douzaine d'associations omnisports. Mais l'USFSA se méfie du football, qui attire déjà beaucoup d'argent et s'accorde de mieux en mieux avec le professionnalisme alors qu'elle souhaite rester fidèle à l'amateurisme. De l'autre côté de la Manche, en Grande-Bretagne, le sport populaire est plutôt le rugby. Le football est également assez mal vu en France en cette fin de siècle anglophobe, car ses règles sont d'inspiration britannique. Les clubs anglais, tel le Standard Athletic CLub ou les White Rovers, sont donc regardés d'un assez mauvail oeil. Néanmoins, l'USFSA, si elle ne reconnaît aucun des clubs parisiens, ne s'oppose pas au football et relate la naissance des clubs publiant les premiers comptes rendus de matches dans son bulletin. A la suite de cela, elle finira par reconnaître ces clubs.

Herbert_Kilpin_-_Milan_Foot-Ball_and_Cricket_Club

1900 : Premier match officiel du Associazione Calcio Milan: les Rossoneri remporte la rencontre 2-0 face à Mediolanum. Le Milan AC a été fondé il y a quelques mois à peine par Herbert Kilpin et ses amis sous le nom de Milan Cricket and Foot-Ball Club. C'est Herbet Kilpin, lui-même, qui choisira les couleurs du club : « Nous porterons du rouge et du noir : le rouge car nous serons des Diables, et le noir pour la peur que nous inspirerons chez l'adversaire. » A l'époque il n'existait pas d'entraîneur au sein des équipes, et les consignes étaient données au joueur le plus représentatif : la naissance du capitaine d'équipe. C'est alors que Herbert Kilpin, le plus expérimenté, le plus autoritaire, celui qui sait comment affronter les adversaires, devient entraîneur du Milan FCC. En tant qu'entraîneur et capitaine, il mena son équipe jusqu'à la victoire de trois titres nationaux en 1901, 1906 et 1907.