25 janvier 1998 FRANCE-ESPAGNE1998 : Pour l’inauguration du Stade de France, Saint-Denis, la France accueille l’Espagne en vue de la Coupe du Monde qui se déroulera quelques mois plus tard. L’Espagne reste sur 31 matches sans défaite – hors tirs au but – depuis le Mondial 1994 ! 78 368 spectateurs ont bravé le froid polaire de ce mois de janvier.

28 janvier 1998 FRANCE-ESPAGNE BUT DE ZIDANE

Les joueurs du sélectionneur Javier Clemente semblent surpris par cette météo glaciale et ce terrain qui devient de plus en plus impraticable voire dangereux au fur et à mesure que l’horloge tourne. Les joueurs du sélectionneur Aimé Jacquet, eux, se montrent à leur avantage et semblent jouer l’attaque dès le début de la rencontre. Le capitaine et Turinois Didier Deschamps et le défenseur libéro marseillais Laurent Blanc sont les deux joueurs les plus capés des Bleus avec 64 sélections chacun. L’Auxerrois Bernard Diomède connaît sa première sélection et se montre très à l’aise sur son aile gauche. À la 20e minute, le numéro 6 tricolore, Youri Djorkaeff – Inter de Milan – décoche un puissant tir flottant d’une trentaine de mètres. Le capitaine et gardien de Valence, Andoni Zubizarreta dévie le ballon sur son poteau gauche, le meneur de jeu de l’équipe de France et de la Juventus, Zinédine Zidane – 29 sélections –  reprend ce ballon d’un plat du pied (près de la ligne des 5.50 mètres) qui finit en plein sous la barre. France 1 – Espagne 0.

Les Espagnols trouvent peu à peu leurs repères sur le terrain. Les actions offensives de « La Roja » sont de présentes, notamment sur des tentatives de l’ailier droit de l’Athletic Bilbao, Joseba Etxeberria  et du Barcelonais Luis Enrique. Les montées du défenseur de Parme, Lilian Thuram, amènent un surnombre dans l’entrejeu des Tricolores et permet à Zidane de montrer sa palette technique. Bref, malgré un terrain où les appuis sont durs à trouver, cette première période est de bonne qualité. De retour des vestiaires les Espagnols tentent quelques tirs à nouveau, par le numéro 10 ibérique, Raul ou encore Enrique. À 53e minute, Etxeberria est remplacé par l’attaquant de l’Atlético Madrid, Jordi Lardín. Quelques minutes plus tard (59e), c’est le latéral gauche barcelonais Sergi Barjuán qui laisse sa place à Roberto Ríos, défenseur de Bilbao. Du côté français, Deschamps est remplacé par Vincent Candela – AS Roma – et le milieu de terrain milanais Ibrahim Ba laisse sa place à Robert Pirès, valeur montante du FC Metz. Le brassard de capitaine est alors confié à Blanc (62e). À la 73e minute Raul est remplacé par l’attaquant barcelonais Juan Pizzi  et l’avant-centre de l’AS Monaco, David Trezeguet, connait sa première sélection quand il remplace l’Auxerrois Stéphane Guivarc’h, 3 sélections au compteur. Quelques occasions en faveur des Français, avec des tirs de Zidane ou Trezeguet mais à chaque fois non cadrés. Le milieu de terrain de Valladolid, Fernando Sanchez remplace Guillermo Amor du FC Barcelone à la 83e minute,  poste pour poste. Une-deux entre Zidane et Trezeguet dans la surface de réparation adverse mais le tir du monégasque est trop croisé, un tir trop aplatît de Djorkaeff ou un autre trop croisé de Diomède … les occasions françaises ne manquent pas mais sont imprécises. À quelques secondes de la fin du temps règlementaire (95e), le défenseur central de Chelsea, Frank Leboeuf – 11 sélections – remplace Djorkaeff – 32 sélections. Le score reste inchangé et la France l’emporte donc 1 à 0 face à l’Espagne, Zidane inscrit ce soir là son 7e but avec le maillot des Bleus et met fin à la série d’invincibilité de 31 matches de l’Espagne.